Comment savoir si on fait un déni de grossesse ?

Vous imaginez apprendre que vous êtes enceinte à quelques heures de votre accouchement ? Nous non plus. Pourtant, cette réalité, c'est celle de milliers de femmes en France chaque année. On appelle ça le déni de grossesse. Ce trouble psychique, qui peut masquer une gestation jusqu'à son terme, entraîne chez celle qui le vit un choc émotionnel, parfois profond. Pour autant, pas de panique : il reste très rare ! Alors, comment savoir si on fait un déni de grossesse ? Zoom sur les différents types, leurs causes et les ressources à disposition des femmes enceintes concernées.

 

Types de déni de grossesse

Selon Qare, pendant une grossesse invisible, le fœtus se niche au niveau de la colonne vertébrale ou derrière les côtes. Ce qui donne lieu à deux types de déni différents.

 

Déni de grossesse complet : Caractéristiques et manifestations

La forme la plus extrême, c'est le déni de grossesse complet. La femme n'a pas conscience d'être enceinte... Jusqu'à son accouchement. Ce phénomène implique une absence totale des symptômes habituels de grossesse (ventre gonflé, nausées matinales, absence de règles). La future mère maintient un mode de vie normal, car son corps ne s'est pas modifié. Et donc, par conséquent... son comportement non plus !

 

Déni de grossesse partiel : Signes et implications

Le déni partiel, lui, se caractérise par une prise de conscience tardive de la grossesse, souvent après le quatrième mois de grossesse. Lorsque c'est le cas, la femme peut ressentir quelques légers symptômes, mais aurait tendance à les attribuer à d'autres causes. Ce sont généralement les mouvements fœtaux qui déclenchent la prise de conscience : ils deviennent de plus en plus perceptibles. Et donc, peuvent entraîner des douleurs abdominales ou d'autres signes plus évidents de grossesse.

 

Causes et facteurs de risque du déni de grossesse

Le déni de grossesse reste un phénomène complexe, influencé par une multitude de facteurs psychologiques, émotionnels, contextuels, et parfois hormonaux.

 

Facteurs psychologiques et émotionnels

Les facteurs psychologiques jouent un rôle central dans le déni de grossesse. On perçoit fréquemment ce phénomène comme un mécanisme de défense : l'inconscient de la femme cherche à la protéger d'une réalité trop violente pour elle, parfois carrément insurmontable. Le déni trouve alors sa source dans des peurs profondes liées à :

  • la maternité ;
  • la capacité de devenir mère ;
  • des angoisses plus spécifiques.

Ajoutons aussi que des antécédents de traumatismes (abus sexuels, éducation violente) peuvent favoriser l'émergence d'un déni de grossesse. La psyché cherche alors à éviter de revivre certains souvenirs douloureux ou d'expérimenter des situations perçues comme menaçantes.

 

Cet article peut aussi vous intéresser : Comment savoir si on a fait une fausse couche ?

 

Facteurs socioculturels et contextuels

Le contexte socioculturel et familial de la future maman peut également avoir une forte influence sur les dénis de grossesse. On pense alors à :

  • des gestations hors mariages ;
  • des conflits familiaux ;
  • une situation précaire ;
  • la stigmatisation des mères célibataires ;
  • certaines pressions sociales.

Ces facteurs étant, le plus souvent, liés au manque de soutien de la part de l'entourage. La femme se sent alors isolée et incapable de faire face à la situation.

 

Influence des facteurs hormonaux

Les hormones peuvent, elles aussi, agrémenter certains dénis de grossesse. Bien que l'hypothèse soit moins documentée, il est possible que des variations hormonales atypiques puissent masquer les symptômes de grossesse ou influencer l'état psychologique de la femme. Cette piste expliquerait donc pourquoi certaines ne perçoivent pas les changements corporels liés à la grossesse. Et donc, ne savent pas qu'elles sont enceintes.

 

Vous l'aurez compris, les dénis de grossesse peuvent être multifactoriels, tant sur le plan physique, psychologique, contextuel qu'hormonal. Mais une fois diagnostiqué, le plus importante reste de se faire accompagner en douceur par le corps médical... Mais pas que.

 

Prise en charge et soutien

Par son absence de signes, le déni de grossesse peut entraîner un choc psychologique très intense chez la femme enceinte. Il est donc nécessaire de mettre en place une prise en charge multidisciplinaire pour garantir la santé de la mère et du fœtus.

 

Diagnostic et accompagnement médical

Le problème du déni de grossesse, c'est qu'on l'évalue tardivement. Alors si une femme présente des signes qui peuvent s'apparenter à ce trouble psychique, cela nécessite d'y accorder une vigilance plus importante. Une fois que le diagnostic a été établi, c'est le corps médical qui prend le relai pour surveiller le développement du futur bébé et la santé de sa mère. Ça peut passer par :

  • des échographies supplémentaires ;
  • des consultations prénatales adaptées ;
  • tout examen nécessaire pour assurer leur bien-être.

 

Support psychologique et émotionnel

Les futures mamans peuvent développer un fort sentiment de culpabilité suite à un déni de grossesse. Pour les apaiser, l'accompagnement psychologique reste fondamental. On pourra leur suggérer des séances avec un psychologue ou un psychiatre. L'objectif : travailler sur les causes sous-jacentes du déni, accepter la grossesse, et se préparer à l'arrivée du bébé. En parallèle, ces femmes ont besoin du soutien émotionnel de leur famille, leurs amis, et de toute personne qui pourrait leur apporter un environnement sécurisant pour la suite.

 

Vous êtes en parcours de procréation et cherchez un petit coup de pouce ? Découvrez nos vitamines de grossesse !

 

Ressources et services disponibles

Bonne nouvelle, il existe plein de ressources à disposition des futures mères en déni de grossesse ! Comme :

  • les services de Protection Maternelle et Infantile (PMI) ;
  • l'Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse ;
  • des groupes de soutien en ligne ou locaux.

Tous ces services proposent un accompagnement précieux à celles et ceux qui en auraient besoin. À la femme concernée, bien sûr. Mais à son entourage, aussi !

 

Le déni de grossesse reste une condition complexe, qui peut causer un véritable choc chez la femme enceinte. Il nécessite donc une prise en charge douce, mais multiple, pour son bien-être, et celui de son enfant. Compréhension, suivi médical, psychologue, soutien de l'entourage... Tous ces facteurs aideront la future mère à accepter sa maternité et préparer l'arrive de son bébé.

Products you might like